PARTIR À LA RENCONTRE DES LANGUES NATIONALES

En plus des contenus interactifs accessibles à tous sur la page « Espace langues », nous proposons ici, en exclusivité, une « chasse au trésor » aux collaboratrices et collaborateurs de l’administration fédérale ! Partez à la rencontre de nos langues nationales, découvrez des extraits du livre D’une pierre 4 coups et approfondissez vos connaissances linguistico-culturelles tout en vous amusant !

CHASSE AU TRÉSOR : À LA DÉCOUVERTE DES TRÉSORS HELVÉTIQUES

  1. Testez vos connaissances sur les quatre régions linguistiques
  2. Découvrez et combinez des expressions idiomatiques dans les quatre langues nationales
  3. Amusez-vous à expérimenter la pratique du romanche
  4. Testez ou perfectionnez votre italien
  5. Découvrez des expressions typiques de la Suisse romande

LES LANGUES DE LA SUISSE

Langues nationales régulièrement pratiquées en Suisse romanche

allemand
97%
suisse-allemand
89%
romanche
77%
italien
32%
français
9%
dialectes du Tessin et des Grisons italophone
2.4%

Langues nationales régulièrement pratiquées en Suisse italienne

italien
98%
allemand
34%
dialectes du Tessin et des Grisons italophone
32%
français
28%
suisse-allemand n/a romanche
12%

Langues nationales régulièrement pratiquées en Suisse romande :

français
99%
allemand
19%
italien
11%
suisse-allemand n/a romanche
6%

Langues nationales régulièrement pratiquées en Suisse allemande

allemand
97%
suisse-allemand
87%
français
20%
italien
12%
romanche
0.7%

LA SUISSE COMPTE PLUS DE 8 MILLIONS

d’habitant-e-s et est composée de quatre régions linguistiques : la Suisse alémanique (env. 6 mio d’habitants-e-s¹), la Suisse romande (env. 2 mio¹), la Suisse italienne (env. 370’000¹) et la Suisse romanche (env. 60’000²). Depuis 1848, l’allemand, le français et l’italien sont les langues officielles (c.-à-d. utilisées par les instances fédérales) et nationales de la Suisse. En 1938, le romanche devient, suite à une votation populaire, la quatrième langue nationale et en 1999, il acquiert le statut de langue officielle dans les rapports directs entre les personnes de langue romanche et la Confédération helvétique.

1 Source : Office fédéral de la statistique, STATPOP 2018.
2 Source : Lia Rumantscha, Fatgs (version digitale), 2015, p. 30.

AU-DELÀ DES FRONTIÈRES LINGUISTIQUES
Au niveau suisse, 62 % de la population parle principalement l’allemand (et/ou le suisseallemand), 23 % le français, 8 % l’italien et 0,5 % le romanche. Toutefois, les habitant-e-s de Suisse communiquent aussi régulièrement dans d’autres langues nationales. Ainsi, au total, 75 % de la population suisse utilise l’allemand, 40 % le français et 16 % l’italien au moins une fois par semaine.

Sources : OFS – Enquête sur la langue, la religion et la culture 2014 (ELRC) ; Relevé structurel 2018.

Les quatre règions linguistiques

Image

La Suisse rhéto-romane ou Suisse romanche comprend les régions des Grisons où l’on parle l’un des cinq idiomes qui se sont développés au fil du temps dans les vallées grisonnes : le sursilvan, le sutsilvan, le surmiran, le puter et le vallader. Ces idiomes sont à la fois parlés et écrits et ont leurs propres grammaires et dictionnaires ; ils sont d’ailleurs utilisés autant à l’école que dans les médias et possèdent une tradition littéraire vieille de quatre cents ans. À l’origine, ils sont issus de la rencontre entre les langues préromaines et le latin. Depuis 1982, il existe une langue écrite unifiée, le Rumantsch Grischun, basée principalement sur le sursilvan, le surmiran et le vallader. La Confédération et le canton des Grisons utilisent le Rumantsch Grischun (respectivement depuis 1996 et 1997) pour leur correspondance officielle.

Image

La Suisse italienne comprend le canton du Tessin (seul canton officiellement monolingue de langue italienne) et quatre vallées du canton des Grisons (canton trilingue allemand-romanche-italien) : le Val Mesolcina et le Val Calanca, touchant au Tessin, ainsi que le Val Bregaglia et le Valposchiavo, géographiquement plus éloignés. Jusqu’en 2015, ce territoire comptait aussi l’ancienne commune de Bivio (qui fait aujourd’hui partie de la commune de Surses, officiellement bilingue germano-romanche). La région italophone, dans laquelle sont également employées différentes variétés de dialectes lombards, est donc un territoire fragmenté autant politiquement que géographiquement. Le terme « Suisse italienne » permet ainsi de prendre en compte à la fois le canton du Tessin et la partie italophone des Grisons (Grigionitaliano) ; il est toutefois peu répandu en Suisse romande et en Suisse allemande.

Image

La Suisse romande ou Romandie est composée des cantons de Genève, de Neuchâtel, de Vaud et du Jura (à l’exception de la commune germanophone d’Ederswiler), ainsi que d’une partie des cantons de Berne, de Fribourg et du Valais. Avant que le français ne devienne la langue de la Suisse romande, on y parlait divers dialectes francoprovençaux. Aujourd’hui, le francoprovençal survit à travers les patois que l’on parle encore dans certains villages valaisans (comme Évolène) ou fribourgeois (comme Charmey). Au XIXe siècle, la partie francophone de la Suisse était encore couramment appelée « Suisse française ». Cette dénomination reflétait l’influence, notamment culturelle, exercée par la France. Durant la Première Guerre mondiale, on a toutefois préféré l’appellation « Suisse romande » pour affirmer l’indépendance et l’unité du pays.

Image

La Suisse allemande ou Suisse alémanique comprend 17 cantons monolingues (AG, AI, AR, BL, BS, GL, LU, NW, OW, SG, SH, SO, SZ, TG, UR, ZG, ZH) ainsi qu’une partie des cantons bilingues de BE, FR et VS et du canton trilingue des GR. Les cantons du Jura et du Tessin comptent en outre chacun une municipalité germanophone (respectivement Ederswiler et Bosco Gurin). Bien que l’allemand soit langue officielle et nationale en Suisse, dans la partie germanophone du pays
prévaut l’emploi du suisse-allemand, terme générique qui désigne l’ensemble des différents dialectes régionaux. Ces dialectes sont utilisés principalement à l’oral et dans les échanges informels – même si le suisse-allemand est aussi utilisé dans la chanson ou la littérature. Dans les contextes plus formels et à l’écrit, on préfère généralement le Hochdeutsch ; il existe d’ailleurs une variante suisse de l’allemand standard, le Schweizerhochdeutsch.

LISTE DES EXPRESSIONS IDIOMAITQUES

Nous vous présentons ici, en exclusivité, les expressions idiomatiques du livre D’une pierre 4 coups, classées par catégories. Nous vous souhaitons beaucoup de plaisir !

Image

Vulair rom e tom e mez Milan

Volere la botte piena e la moglie ubriaca

Vouloir le beurre et l’argent du beurre

De Föifer und s Weggli welle


Haver in quet sc’in cavagl

Avere la puzza sotto il naso

Ne pas se prendre pour la queue de la poire

Auf dem hohen Ross sitzen


Easser egn utschi vantirevel

Essere baciato dalla fortuna

Être né sous une bonne étoile

Ein Glückspilz sein


Quai nun es teis amulain

Non sono cavoli tuoi

C’est pas tes oignons

Das ist nicht dein Bier

Image

Tgei Sibiria!

Fa un freddo cane

Il fait un froid de canard

Es ist saukalt


Batter ils tachs

Tagliare la corda

Prendre ses jambes à son cou

Sich aus dem Staub machen


Haver da far il tgil plein

Avere tanta/troppa carne al fuoco

Avoir du pain sur la planche

Viel um die Ohren haben

Image

Esser inamuro scu ün giat

Essere innamorato cotto

Être fou amoureux

Bis über beide Ohren verliebt sein


Tgilgiunplaun

Alto come un soldo di cacio

Haut comme trois pommes

Dreikäsehoch


Bütscha la ritscha!

Merde !

In bocca al lupo!

Hals- und Beinbruch!

Image

Esser our d’clocca

A qualcuno manca una rotella

Il manque une case à quelqu’un

Nicht alle Tassen im Schrank haben


Esser tschocs sc’in lenn

Avere le fette di salame sugli occhi

Ne pas avoir les yeux en face des trous

Tomaten auf den Augen haben


In di ord l’jamna

Quando gli asini voleranno

Quand les poules auront des dents

Am Sankt-Nimmerleins-Tag


Manar vin in Vuclina

Portare acqua al mare

Porter de l’eau à la rivière

Holz in den Wald tragen


Pel nair da l’ungla

Per un soffio

À deux doigts

Um ein Haar

Image

Aveir mal igls tgavels

Faire l’école buissonnière

Marinare la scuola

Blaumachen


Schar a miez liug enzatgi

Tirare un bidone a qualcuno

Poser un lapin à quelqu’un

Jemanden versetzen


Dar se orgels per tschivlots

Darla a bere a qualcuno

Mener quelqu’un en bateau

Jemandem einen Bären aufbinden


Haver enzatgi sil muc

Avoir une dent contre quelqu’un

Avere il dente avvelenato contro qualcuno

Öpper uf dr Latte ha

Image

Paterlar senza fin e misericordia

Tenir la jambe à quelqu’un

Attaccare un bottone a qualcuno

Jemandem die Ohren vollblasen


Svidar igl gotter

Non avere peli sulla lingua

Ne pas avoir la langue dans sa poche

Kein Blatt vor den Mund nehmen


Gnir our culla pomma

Cracher le morceau

Sputare il rospo

Die Katze aus dem Sack lassen

Image

Schar siglir la chicra

Perdere le staffe

Péter les plombs

Es het öpperem dr Nuggi usegjagt


Far enzatgei per dominum clavella

Buttare qualcosa al vento

Faire quelque chose pour des prunes

Etwas für die Katz machen


Far neir las vantgaquatter ad ensatgi

Rompere le scatole a qualcuno

Casser les pieds à quelqu’un

Jemandem auf den Wecker gehen


Haver tochen las ureglias

Averne fin sopra i capelli

En avoir ras le bol

Die Nase voll haben

Image

Betg tgapeir Cristo

Non capire un’acca

Comprendre que dalle

Nur Bahnhof verstehen


Metter la scrotta sper la ruosna

Prendere un granchio

Se mettre le doigt dans l’oeil

Einen Bock schiessen


Easser tgutg sco l’aua da pizocels

Essere (stupidi come) una capra

Être bête comme ses pieds

Dumm wie Bohnenstroh sein


Cheu schai il tschanc el puoz

(E) qui casca l’asino

C’est là que le bât blesse

Da liegt der Hund begraben

Image

Esser ora sils curontin

Essere alla frutta

Être au bout du rouleau

Uf de Fälge sy


Quai nu vala üna pulenta choda

Non vale un fico secco

Ça ne vaut pas un clou

Das isch kän Rappe wärt


Far chalenders

Essere giù di corda

Avoir le cafard

Trübsal blasen


Betg en gargiat è cò

Non c’è un cane

Il n’y a pas un chat

Es ist kein Schwein da

Image

Far ün viadi e duos servezzans

Prendere due piccioni con una fava

Faire d’une pierre deux coups

Zwei Fliegen mit einer Klappe schlagen


In duos e duos quatter

En moins de deux

In quattro e quattr’otto

In Null Komma nichts


Quai va sco da baiver aua

Fila liscio come l’olio

Ça va comme sur des roulettes

Es läuft wie am Schnürchen

Image

Intraduisible ?
Avoir des atomes crochus avec quelqu’un


Intraducibile?
Ciapà i ratt


Nuntranslatabel?
Marveglias cun siat ureglias!


Unübersetzbar?
Eine Fahne haben


Intraducibile?
Abbiamo fatto 30, facciamo 31


Intraduisible ?
Tomber dans les pommes


Nuntranslatabel?
Ster scu aint in l’öli


Intraducibile?
Fare alla romana


Unübersetzbar?
Eppis isch 08/15


Intraducibile?
Non vedere l’ora


Intraduisible ?
S’emmêler les pinceaux


Nuntranslatabel?
Volver igl clutger cugl pez angiou


Unübersetzbar?
Es Chrüz a d Tili mache


Intraduisible ?
Y a pas le feu au lac


Nuntranslatabel?
Crivlar l’ora


Unübersetzbar?
Im falschen Film sein

EXPRESSIONS EN ROMANCHE

Découvrez pour les cinq idiomes romanches (puter, sursilvan, surmiran, sutsilvan et vallader) une expression typique avec son illustration, tirés du livre D’une pierre 4 coups.

© Ivan Art

Pel nair da l’ungla (puter)
litt. ‘Pour le noir de l’ongle’
Définition : Presque, très près

© Mathias Durisch

Crivlar l’ora (surmiran)
litt. ‘Tamiser le temps’
Définition : …décrit le fait de scruter le ciel pour prévoir le temps qu’il fera.

© Pia Valär

In di ord l’jamna (sursilvan)
litt. ‘Un jour en dehors de la semaine’
Définition : jamais

© Wazem

Easser egn utschi vantirevel (sutsilvan)
litt. ‘Être un oiseau chanceux’
Définition : Avoir de la chance ou du succès

© Kati Rickenbach

Quai nun es teis amulain (vallader)
litt. ‘Ce n’est pas ta table de multiplication’
Définition : Ce ne sont pas tes affaires

IT | DE | FR | RO